Indian HeadA.s.b.l
The Second to None

Hazeilles 2013 – TOP HAT

Délaissant cette fois les vallées de l’Ourthe et de l’Amblève, nous montons en altitude (à 400 m exactement) afin d’y installer le bivouac de Top Hat 2013. Le thier de Hazeilles, un petit plateau ombragé entouré de charmantes demeures rurales ardennaises, fut dévolu pour la traditionnelle rencontre d’été de l’Indian Head. La commune mère d’Erezée, ayant été inspirée par notre réputation du « savoir bien faire », nous invita et nous prêta une main-forte enthousiaste et généreuse afin d’y élaborer nos activités tant ludiques que commémoratives.

IMG_0432

Notre machinerie logistique se mit en branle dès le jeudi matin où, depuis notre base d’Arlon (à 95 km de là) le gros du matériel club fut transféré et acheminé sans encombre « on target ». Sans perdre ni temps, ni courage, déballages et montages se succédèrent à une allure vive et martiale orchestrée par le « Ltcol » Klink un peu survolté, comme nous tous, par la perspective d’une belle réussite. Cela allait s’avérer pleinement avec un campement original, volontairement étalé dans un environnement bucolique, où les toiles des tentes O.D. s’harmonisèrent parfaitement avec une nature opulente mais bien répartie. Malgré la phase de montage des infrastructures hélas toujours éphémères, les arrivages précoces des participants se succédèrent jusqu’en soirée. Le temps radieux y fut certes pour beaucoup et sans doute aussi le long week-end de ce 15 août. Hazeilles se transforma en tableau d’un passé de 69 ans et s’endormit tard avec le bruit des derniers coups de marteau sur les piquets des dernières tentes et les éclats de rire de cette première veillée.

IMG_0409

Le soleil du vendredi dissipa les quelques nuages attardés de l’aube et très vite le camp s’activa. Dernières phases d’achèvement du bivouac et accueil, en règle, des arrivages qui, à nouveau se succédèrent. Les autochtones curieux, prévenus par les médias, se mêlèrent aux GI’s en herbe et déjà les premiers contacts et prise de connaissance aimables drainèrent ce petit monde vers le bar baptisé « place de l’amitié ». Chacun à son poste encadra nos invités ravis de l’environnement et aussi de nous revoir. Les petits campements s’organisèrent et rivalisèrent d’originalité. Un matériel, parfois inattendu, aussi singulier que rare achalanda ces petits « musées » temporaires. Une compagnie d’anglo-canadiens, transportée sur des camions Bedford OYD ajouta une note aussi pittoresque qu’appréciée. Ce fut la valse des uniformes d’antan, portés par tous, qui impressionnèrent aussi les visiteurs. Le matériel léger de l’US army se répartit tout au long du village. Le canon de 57mm US fut mis en faction à un des chemins d’accès et resta vigilant pour dissuader tout ennemi virtuel. Nous pûmes alors accueillir avec grande joie et fierté : le très connu staff-member (et grand argentier) de la FFMVCG Jean-Yves Ménard. Il nous a transporté, son amitié, sa bonne humeur et son DODGE WC56 (Command) depuis Cognac après un périple de 11 heures de route. Chapeau Jean-Yves et merci de ta visite. Comme quoi la distance ne fait pas irrémédiablement obstacle à l’affection envers l’Indian Head La première ballade s’organisa en début de soirée pour répondre à une invitation de autorités du village de Manhay Une promenade, en colonne, dans une douceur de fin d’été relevée de fragrances boisées et florales. Les équipages contents furent accueillis par le Bourgmestre, Mr Robert Wuidar et des échevins. Le dépôt de gerbe au monument mit l’accent sur l’évocation historique des événements qui éprouvèrent lourdement le village durant la bataille des Ardennes. Un char « panther », rescapé de cette bataille, est d’ailleurs exhibé à Grandmenil, hameau voisin. La réception se termina par le traditionnel verre de l’amitié avant le retour au cantonnement. La soirée sera teintée de nombreuses retrouvailles, surtout autour du bar où, les verres de l’amitié n’étaient pas que symboliques. A l’heure tardive du dernier tonneau, on ferma « l’estaminet » !

 IMG_0448

Le soleil scintilla déjà bien fort au petit matin de ce samedi. Apprêt des petits-déjeuners, un beau buffet agrémenté d’œufs miroir (boss made), et les volutes de café frais. Tout cela rameuta les troupes qui furent ainsi confortées pour les hostilités à venir.

Le drapeau « star-spangled banner flag » fut hissé cérémonieusement par notre « Indian head honor guard » en hommage aux soldats US venus sur notre sol en 1944. Bientôt ce fut l’effervescence motorisée. Une activité accrue, des mouvements de troupes et de véhicules … qui se mirent en place pour la ballade historique. Puis le long convoi s’ébranla d’emblée dans la campagne ardennaise. Traversée de hameaux, villages et forêts : des paysages séduisants pour une région captivante et emplie d’Histoire. Un tronçon tout-chemin permit d’imaginer les déplacements tactiques de l’époque et rappela aux plus anciens les randonnées épiques « off road » des premières concentrations. Le village de Beffe fut choisi pour la halte de midi avec une distribution de « dagoberts » géants. Le verre de l’amitié offert par le SI local fut apprécié ainsi que l’histoire des événements de guerre racontée par Mme A. Carlier échevine du tourisme de Rendeux. La colonne défilant devant le vénérable char Sherman (dédié au Col. Hogan , commandant du 771 Tank Bat. de la 3rd US Armored Div – Spearhead et abandonné après les combats) se dirigea vers Mélines.

IMG_0454

Là, ce fut une halte avec un dépôt de fleurs au monument dédié aux victimes des très âpres combats livrés par le 517th Parachute Regimental Combat Team et les fantassins de la 75th INF DIV. lors de l’hiver 44-45. . Le Bourgmestre d’Erezée : Mr Michel JACQUET évoqua, avec le brio d’un historien, les faits de guerre qui ont conduit à la création de ce beau monument construit gracieusement par un habitant et témoin de l’époque Mr Florent LAMBERT (…). Puis la colonne serpenta sur les hauteurs de la vallée de l’Aisne pour redescendre vers Erezée où se tenait la réception (offerte par la Commune) à l’intention de nos équipages assoiffés puis

ravis de toute évidence. Chacun remonta vers Hazeilles pour se préparer pour le souper et la soirée. Au camp nous attendaient une kyrielle de visiteurs venus passer un moment auprès des collectionneurs et examinant avec grand intérêt tout le matériel déployé. Des stands offraient du matériel, uniformes et insignes en vente. Près de là, des maquisards avaient installé des postes émetteurs d’époque, en état de marche, en contactant de lointains correspondants. Le bruit caractéristique du manipulateur Morse attira inévitablement l’attention des visiteurs qui se virent expliquer par le résistant belge « Paul », à force de détails, le travail dangereux des « radiotélégraphistes clandestins ». Un attroupement se forma autour du canon qui fut mis en batterie pour une salve tirée par la section AT de l’Indian. La description et la fonction de l’engin furent expliquées au public très attentif. Le scénario aussi, s’agissant de simuler la destruction d’un blindé ennemi (virtuel) remontant vers Hazeilles et aperçu par les guetteurs à environ 200m. La hausse fut réglée, la culasse recevant son premier obus, une visée du tireur puis … feu. Un bruit assourdissant et une gerbe de flammes qui jaillit de la bouche du canon fit reculer un peu les plus curieux. Mais ce qui étonna davantage c’est l’impact, au loin, où explosa l’obus. Quatre tirs se succédèrent ainsi et le dernier toucha apparemment la cible. Tant et si bien que la végétation s’enflamma. Une amorce de feu seulement car une section de fantassins accourait déjà pour contenir les quelques flammes. Le Ltcol Klink, joua le rôle (improvisé) de fire-man et éteignit l’incendie à l’aide d’un arrosoir (d’époque).

IMG_0511

En fin d’après-midi le drapeau US fut amené avec le très sérieux cérémonial de la « honor guard ». Puis ce fut la détente pour tous … au bar qui ne désemplit pas. Le plantureux « barbacoa » (repas festif BBQ) réunit tous les inscrits à qui il était offert et ce, grâce à la générosité de la Commune d’Erezée. En début de soirée dansante le Bourgmestre Mr JACQUET ne tarit pas d’éloges pour l’organisation Indian Head et pour le comportement des collectionneurs venus de tous les azimuts. Dans son discours, il nous fit jurer de revenir en l’an 2014. L’orchestre « quintet », sous la direction de notre Indien Fabien mit une ambiance du tonnerre. Garçons et filles rivalisèrent de virtuosité dansante, ininterrompue, certainement captivés par le charme des chanteurs. Les dernières notes résonnèrent jusqu’après la première heure de ce (déjà) dimanche 18 août. Hazeilles, finalement tacha de s’endormir un peu …

Nos GI’s s’attardèrent en cette matinée dominicale nettement plus nuageuse. A croire que le vif soleil de la veille était également exténué en se cachant ainsi. Alors, tout comme hier, les effluves odorants du petit-déjeuner ranimèrent les troupes un peu endolories par les éprouvantes agapes de la veille. Ca et là des petites échoppes improvisées offraient encore des petits trésors à la convoitise des collectionneurs.

IMG_0530

Comme prévu, la messe du dimanche se déroula au camp. Une assistance civile et « militaire » pour participer à cet office en plein air. Le capot d’une jeep servit d’autel et la messe fut dite par un vrai aumônier (de la Défense) : Wilfried De Coster, affublé de son étole de campagne sur un uniforme de GI de l’époque. Recueillement et émotions réelles nous conscientisèrent davantage sur nos vraies valeurs humaines. Merci « Padre » cela nous a simplement fait du bien ! La dernière cène de midi nous conduisit une ultime fois au chow-line pour une autre excellente dégustation du repas.

Le vent se renforça subitement et nous amena les bruits distinctifs des premiers démontages de ce campement d’été. Mais l’heure est à l’urgence, la pluie menace et finalement se libère d’un ciel plombé. Les toiles sont repliées en hâte, le matériel est empaqueté, le terrain remis en état. La pluie se calme à peine. Peut-être est-ce Hazeilles qui pleure de nous voir partir ? Ce sont des Indiens fourbus mais heureux qui rejoignent notre base avec, dans leurs bagages, les formidables souvenirs qu’ils ont eux-mêmes voulu créer. Rarement, comme à Hazeilles cette année, la devise de l’Indian Head fut si pertinente : we still are « the Second to None » !

 IMG_0588

Je tiens à remercier tous les Indiens et Indiennes qui ont œuvré, sans faille, à la réalisation de ce bel événement. Je remercie particulièrement l’équipe « montage » et surtout notre membre Jean-Philippe Delfosse pour son aide logistique ultra-précieuse et sa généreuse contribution apportée à son club.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *